Sarcophages révélateurs : une vie après la mort ?

Début octobre, des archéologues ont fait la découverte de 59 sarcophages sur le site de Saqqarah en Egypte. Impeccablement conservés, ils ont révélé des écrits qui pourraient correspondre au Livre des morts.

Image de sarcophages Égyptiens.

Mythologie et pratiques égyptiennes

A lire : Un nouveau Grindelwald pour le troisième volet des Animaux Fantastiques

Dans l’Egypte antique, on croyait dur comme fer à une autre vie après la mort. Une sorte de résurrection éternelle. Les personnes décédées étaient enterrées suivant divers rituels. Le plus connu est la momification des cadavres. A l’aide de bandelettes textiles funéraires, les corps étaient enveloppés, puis mis dans des sarcophages. En règle générale, c’était le lin qui était utilisé pour enrober les morts. Quant aux sarcophages, ils étaient habituellement construits en bois ou en pierre.

L’un des rituels consistait en l’écriture (hiéroglyphe) de textes sacrés ou funéraires sur les couvercles des sarcophages. On croyait alors que ces écrits dirigeraient les morts dans l’au-delà. Il fallait les accompagner d’indications précises afin qu’ils puissent surmonter tous les obstacles qui se présenteraient lors de leur voyage. Vers le monde d’après, on s’entend. Ainsi, des formules et des indications leur étaient prodiguées, constituant un recueil que l’on appellera plus tard le Livre des morts.

Image du Livre des morts de l’Egypte ancienne.

Une découverte stupéfiante

A lire : Fleets : des stories sur Twitter

Cette appellation du Livre des morts est due à un savant allemand (Karl Richard Lepsius) et se compose d’écrits sur papyrus pour guider les défunts. Néanmoins, en ce début d’octobre 2020, des archéologues ayant déterré une soixantaine de sarcophages ont fait une découverte édifiante. Après de longues analyses, les parois de certains sarcophages ont révélé des formules pouvant correspondre au dit livre. Procédé peu habituel, la gravure sur sarcophage pourrait cependant répondre à une technique bien plus ancienne.

Image de journalistes et archéologues, réunis lors de la découverte des sarcophages.

En effet, jusqu’alors, le Livre des morts était daté du Nouvel Empire. Il s’avère que ce décèlement récent coïncide plutôt avec le début du Moyen Empire. Autrement dit, 4.000 ans avant. Une remise en perspective de l’histoire égyptienne est alors mise en place par les spécialistes. Véritable trésor archéologique, le Livre des morts permet de renforcer les connaissances des historiens et de souligner l’importance accordée à la vie éternelle par les égyptiens.

Total
1
Shares
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *