Demi Lovato : le choc pour prévention dans son nouveau clip

Le dernier clip de l’artiste américaine Demi Lovato, « Dancing With The Devil », reconstitue une overdose dont elle a été victime trois ans en arrière.

Image de Demi Lovato incarnant son propre rôle dans son dernier clip, “Dancing With The Devil”.

La descente aux enfers

À lire : Rick & Morty : la saison 5 annoncée avec un trailer explosif

Révélée dans la série Disney Channel « Camp Rock » en 2008, la chanteuse Demi Lovato s’est vue, depuis, passer par différents stades pour le moins délicats et compliqués. Bien loin de l’image de l’adolescente qui flirt avec Joe Jonas, la jeune femme a, en grandissant, développé une véritable addiction à la drogue. Et elle ne s’en est jamais cachée – ou durant très peu de temps. L’une des causes de cette dépendance n’étant autre que sa notoriété, devenue difficilement supportable, l’artiste a même du faire une pause de plusieurs mois dans sa carrière.

Image de Demi Lovato et Joe Jonas dans Camp Rock.

Dix ans après le début de sa popularité, c’est le drame. En effet, à l’été 2018, Demi Lovato fait une overdose qui a bien failli lui coûter la vie. Marquée à jamais par cet épisode, elle tenait à alerter son public sur les dangers de la drogue dans le clip de sa chanson « Dancing With The Devil ». En tant que célébrité très largement suivie et adulée, il y a fort à parier que son geste ait un certain impact sur ses fans. Au-delà de l’addiction à proprement parler, son clip aborde deux autres sujets sensibles : les traumatismes et les violences sexuelles. Un exercice laborieux, auquel Demi Lovato a néanmoins tenu à se prêter.

Anti-héroïne assumée

À lire : Disparition de Bertrand Tavernier : le cinéma endeuillé

Aujourd’hui, la jeune femme milite contre cette spirale infernale qu’est l’addiction (à tous types de substances). La première image du clip correspond à un message d’avertissement, autrement dit « disclaimer », indiquant que les images qui vont suivre pourraient être pénibles pour certains spectateurs. Voire un élément déclencheur d’angoisses. Prévoyante, Demi. C’est dans un lit d’hôpital qu’on la retrouve ensuite, branchée de tous les côtés, sondes dans le nez et perfusions à souhait. Puis s’entremêlent des scènes de soirées fortement alcoolisées dans lesquelles on la voit boire de façon démesurée.

Image de Demi Lovato aujourd’hui.

Si Demi Lovato a fait le choix de remplacer ici son addiction à la drogue par celle à l’alcool, c’est de toute évidence pour ne pas reproduire les gestes « réels » de la prise d’héroïne. Bien plus violents que ceux de la consommation d’alcool, ceux-ci auraient rendu le clip particulièrement sombre. Quoiqu’il en soit, cette substitution n’affecte en rien le message que la chanteuse souhaite faire passer. Au contraire, elle touche peut-être même plus de monde, l’alcool étant une substance plus accessible, puisque légale. Âgée de 28 ans, l’artiste personnifie ces substances dangereuses, qu’elle désigne comme « l’ennemi » ou encore, bien entendu, « le diable » (= the devil). C’est ainsi que Demi Lovato s’érige désormais en tant que contre-modèle à ne surtout pas suivre.

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *